Le moral des grévistes est bon

Maxi en grève

manifestation chez Maxi

Une vingtaine d’employés se tenaient sur les piquets de grève du supermarché Maxi de Trois-Rivières-Ouest, hier après-midi.

Paule Vermot-Desroches
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) C’était plutôt froid et venteux hier après-midi, sur les lignes de piquetage des magasins Maxi de la région. Les employés, qui s’étaient donné un mandat de grève générale illimitée au courant de l’été, auront attendu jusqu’à l’automne, espérant que les négociations finissent par aboutir, en vain.

Mais malgré la froidure d’octobre, le moral des grévistes était bon. «On a donné pas mal de chances à la négociation. Mais un moment donné, il faut que ça arrête», a lancé Christopher Brunelle, un employé du magasin du secteur Cap-de-la-Madeleine. Ses collègues et lui se tenaient près de la porte d’entrée, pancarte à la main, et avertissaient tous les clients qui se présentaient qu’ils devaient désormais aller faire leurs courses ailleurs.

«C’est crève-coeur en même temps, parce qu’on aime notre travail. On voit des clients réguliers qu’on connaît bien qui arrivent et qu’on doit revirer de bord», souligne un autre employé, qui travaille pour cette compagnie depuis 36 ans.

Malgré tout, les clients ne bronchaient pas. «On savait que ça s’en venait, j’en avais entendu parler à la télévision. En tout cas, je leur souhaite bonne chance parce qu’une grève ce n’est facile pour personne», a lancé une cliente qui s’étonnait de voir le stationnement du supermarché si vide.

Du côté du supermarché de Trois-Rivières-Ouest, les grévistes ont préféré ne pas faire de commentaires.

Une vingtaine d’employés se tenaient sur les piquets de grève hier après-midi, saluant vivement chaque automobiliste qui klaxonnait pour manifester son support.