Pas encore d'entente chez Coloridé

Conflit à Louiseville

Des employés de Coloridé lors d’une manifestation le 6 avril.

Photo: Stéphane Lessard

(Louiseville) La séance de négociations qui s’est déroulée hier entre les représentants syndicaux et la direction de l’usine Coloridé de Louiseville n’a pas permis aux deux parties d’en venir à une entente qui aurait mis fin au lock-out qui a été décrété au début du mois. Le syndicat qualifie néanmoins cette séance de positive.

Selon le conseiller au Syndicat canadien des communications, de l’énergie et du papier (SCEP-FTQ), Alain Bernaquez, la rencontre a permis de faire du chemin dans le dossier.

«Nous avons dû arrêter parce qu’il y avait quelqu’un qui avait un engagement. Nous avons progressé. Je ne peux pas dire sur quels points en raison d’un huis-clos. Mais nous sommes toujours dans le normatif», a indiqué M. Bernaquez avant d’ajouter que la question des augmentations salariales n’avait pas encore été abordée.

Autre signe encourageant, les deux parties ont prévu se rencontrer à deux reprises cette semaine, soit jeudi et vendredi.

Rappelons que les rencontres de négociations se déroulent en présence d’un médiateur nommé par le ministère du Travail.

De leur côté, les syndiqués assurent toujours une présence continue sur le piquet de grève situé à proximité de l’usine. En agissant de la sorte, ils veulent dénoncer le lock-out décrété par l’employeur.

Leurs demandes portent notamment sur la durée de la convention collective. Ils demandent que cette dernière soit de trois ans tandis que la direction aimerait un contrat de travail d’une durée de cinq ans. Les syndiqués veulent également des augmentations salariales plus élevées que les dernières offres patronales.

Selon le scénario proposé par l’employeur, la plupart des 130 employés gagneraient environ 10 $ l’heure en mai, soit 50 cents de plus que le prochain salaire minimum. Le syndicat aimerait plutôt un salaire horaire de 11 $ l’heure pour ses membres.

Il n’a pas été possible de s’entretenir avec un représentant de la direction de l’usine.