Coloridé: les négociations reprennent aujourd'hui

Les travailleurs affiliés au SCEP à Louiseville

Le Nouvelliste

(Louiseville) Le conciliateur dans le dossier du lock-out à l’usine Coloridé n’aura pas perdu de temps avant de ramener la direction et le syndicat à la table des négociations. Tout ce beau monde se revoit aujourd’hui, deux jours après la tenue d’une première rencontre ayant permis de faire le point sur la situation qui prévaut à cette usine de Louiseville.

Alain Bernaquez, conseiller syndical au Syndicat canadien des communication, de l’énergie et du papier (SCEP-FTQ), mentionne que la première discussion avec le conciliateur Marcel Laperrière a permis de clarifier un point: les parties s’entendent pour trouver une solution visant la résolution du conflit.

«On est en négociations demain (aujourd’hui). Dépendamment de la journée, si on a assez avancé, on se revoit dimanche. Sinon, on a déjà une date prévue pour une prochaine rencontre et c’est le 29 avril», confie M. Bernaquez.

D’autres dates ont été réservées en mai. Mais le conseiller syndical souhaite en arriver à une entente sur le renouvellement de la convention collective dans les meilleurs délais.

«Pendant la rencontre de lundi, la bonne foi était là des deux côtés», se limite à dire M. Bernaquez, étant donné que le conciliateur aurait demandé au syndicat et à la direction d’être discrets quant à l’allure des négociations.

Du côté de la partie patronale, Geneviève Lamarre confirme la tenue d’une rencontre de négociations aujourd’hui. Pour le reste, la responsable des ressources humaines respecte la consigne de la haute direction de la compagnie en ne faisant pas de commentaires sur la situation. Et elle ne veut pas en faire davantage à propos d’une éventuelle reprise de la production par les cadres.

Coloridé a mis ses 135 travailleurs en lock-out après que ceux-ci eurent adopté un mandat de grève lors d’une assemblée générale tenue le 2 avril.